Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Pas de détention pour le cambrioleur

Pas de détention pour le cambrioleur

Le 22 août 2014
Pas de détention pour le cambrioleur
Le cambrioleur ressort libre du tribunal avec une mise à l'épreuve de 18 mois

Un mois ferme pour un braquage " d'ados "

Dans la nuit de vendredi à samedi, à Saint-Cyr-sur-Loire, deux étudiants au casier judiciaire vierge se sont introduits par effraction dans une maison qu'ils croyaient inoccupée, la propriétaire, une femme de 79 ans, n'ayant pas répondu à leurs coups de sonnette nocturnes. Cagoulés, disposant de la réplique d'une arme de poing, dotés de pinces coupantes et de scie à métaux, ils ont fracturé la porte du garage après avoir pénétré dans le jardin.

Alertée par le bruit, la vieille dame a prévenu la police, qui a surpris les jeunes en flagrant délit. 
Agés de 19 ans, les deux garçons ont été jugés hier selon la procédure de comparution immédiate. Dans leur box, ils ont reconnu sans difficulté les faits qui leur étaient reprochés mais n'ont pas été à même de fournir d'explications bien précises quant à leurs motivations, sinon qu'ils avaient besoin d'argent.
Le moyen choisi pour en avoir n'est pas sans risque « Entrer chez quelqu'un avec une arme fut-elle factice, ça s'appelle un braquage. Vous êtes devant un tribunal correctionnel mais vous auriez tout aussi bien pu vous retrouver aux assises », insiste la présidente.

Les deux jeunes hommes n'ont certes pas eu une vie familiale très facile ; l'un d'entre eux a de surcroît dû faire face à une très grave maladie. « Le fait de trouver chez vous la réplique d'un revolver 357, un coup-de-poing américain, un couteau de chasse et une matraque télescopique nous incite quand même à nous poser des questions », poursuit le juge, avant de lui infliger une peine de six mois de prison assortie d'un sursis mise à l'épreuve.

Le cas de son complice est plus préoccupant. « Vous êtes déjà sous contrôle judiciaire en attendant d'être jugé pour un vol avec effraction dans un bureau de tabac, étant, là encore, en possession d'une arme factice. On a l'impression que vous n'avez rien compris. » D'où une peine de six mois assortie d'un sursis de cinq mois et délivrance d'un mandat de dépôt.

Source : LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE
22/08/2014 05:23
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/08/22/Un-mois-ferme-pour-un-braquage-d-ados-2019987